03/10/2008

Merci, P., merci!

Hier, au boulot, un monsieur pas content voulait voir un responsable. Comme j'étais encore toute seule, c'était pour ma pomme. Avant de le recevoir, je me renseigne un peu auprès de son assistante sociale sur ce qu'il désire et de quel genre de monsieur il s'agit.

Là, elle me dit qu'en fait, il s'agit d'un homme très dangereux, qui vient de sortir de prison et qui peut être très violent.

Comme il n'y avait plus de bureaux disponible, je dis que je vais le recevoir tout au bout du couloir, garantissant à la fois sa confidentialité et mon éventuelle sécurité (ben oui, la violence au boulot, c'est devenu récurrent, des AS agressés, il y en a déjà eus).

Je lui demande donc de me suivre, lui expliquant qu'à défaut de bureau disponible, il me parle au bout du couloir.

Sur ce, P., un AS, qui ne connaissait pas ce monsieur, me dit : "oh, ben, j'ai les clés, je vais t'ouvrir le bureau du fond". Si je refusais, je perdais toute crédibilité.

J'étais pas rassurée du tout, mais au bout du compte, ça c'est bien passé, ouf. Mais je suis allée remonter les bretelles à cet AS!

18:38 Écrit par Madamedoel dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

C'est vrai Qu'il faut faire gaffe de nos jours, on sait jamais sur quoi ou qui on peut tomber.
Enfin tout c'est bien passé et c'est ce qui compte.
Amitié.

Écrit par : Belge250 | 04/10/2008

P a été un peu trop spontané Quand je travaillais dans un Centre Social il y a quelques temps, toute l'équipe était solidaire : Que ce soit le Directeur ou la Secrétaire ou l'Animateur qui était pris à parti par un usager, toute l'équipe arrivait autour de lui pour le soutenir !....
Tu as eu raison d'aller lui remonter les bretelles.
Bon dimanche !
Pascale

Écrit par : Pascale | 05/10/2008

Les commentaires sont fermés.